En Mode Professeur


Photos © Audrey d’Alessandri (Nov 2015)

Lorsqu’une amie me demande de descendre à Nice pour lui donner des « cours de photographie » je suis un peu dubitatif. Je me considère encore comme un semi débutant et au delà de l’aspect autocritique, je suis également face au problème de la pédagogie. Effectivement, mes connaissances sont relativement limitées. Elles reposent essentiellement sur un cours téléphonique prodigué par Sho’R pour m’apprendre les réglages d’exposition, appuyé de nombreuses heures passées à regarder des tutos sur Youtube. Cela suffira t-il pour faire de moi un bon professeur et surtout, trouverai-je les mots, les méthodes pour transmettre mon savoir ?

Bon, j’avoue que ces questions je ne me les suis posées que quelques minutes. L’idée même d’aller passer quelques jours à Nice avec Audrey était largement suffisante pour justifier mon déplacement. On se cale une date, je réserve mes billets, empoigne mon reflex, mon skateboard, 2-3 slips et c’est parti ! Je profite du voyage pour commencer à réfléchir à ma stratégie. Je dois me mettre dans la peau de mon élève, entrer dans sa tête, comprendre son fonctionnement, pour m’adapter et ainsi réussir à lui faire faire ce que j’attends d’elle. Pas si facile !

Je me souviens que tout a commencé avec un peu de théorie. Les principes de base des réglages d’exposition griffonnés sur un morceau de nappe en papier du restaurant dans lequel nous venions de déguster des spécialités locales. Sa « bible » en main, nous sortons pour passer à la partie pratique. Présentation du boitier, de l’objectif, il ne manque plus qu’un modèle pour que la séance commence. Nous ne sommes que tous les 2, vous avez compris la suite… me voilà cheminant dans les rues niçoises en mode mannequin poursuivi par ma paparazzo.

Pendant que je pose, je dois simultanément expliquer, corriger, inventer des exercices que je n’ai moi même jamais pratiqué. Heureusement, petit à petit nous commençons à voir notre travail porter ses fruits. Le réglage d’expo d’abord laborieux tend à devenir automatique, presque instinctif. C’est un grand pas puisque je considère que c’est l’aspect le plus important à maitriser en photographie. Nous pouvons maintenant nous concentrer un peu plus sur la composition, le cadrage, la mise au point.

En fin de journée, ma carte SD est remplie de millions de portraits de moi, c’est presque gênant ! Je tente de me lancer dans un pré-tri  mais voir ainsi ma gueule sous tous les angles fini par vite me lasser. On verra çà plus tard. Encore 2 jours pour se perfectionner et commencer à aborder doucement la prise de vue en vidéo.

Ce n’est qu’une fois dans l’avion qui me ramène à Paris que j’ose enfin trier les clichés. Je n’avais qu’une crainte : que ma voisine regarde mon écran LCD et s’imagine que je suis le genre de type qui passe des heures à regarder des photos de lui ! Sur les centaines de portraits, j’en ai sélectionné une pincée que j’ai ensuite traitée dans lightroom pour pouvoir vous présenter le travail accompli par ma première élève. Et je dois le dire, au vu des images, je suis plutôt fier d’elle et un peu de moi aussi 😉  #enflagedechevilles

1511-Nice-141

Merci pour cette belle expérience !

 

2 Responses

  • John Kafé on 31 décembre 2015, 17:59:26

    Et les autres photos,elles sont où?

    Reply to John

Laisser un commentaire

Menu